Top

La somatisation du stress et de l’anxiété

La somatisation du stress et de l’anxiété

Temps de lecture : 4 minutes

« C’est psychosomatique », voilà des mots que vous avez déjà peut-être entendus. Et cette qualification de psychosomatique revêt parfois une connotation négative voire péjorative, ce qui peut amplifier le mal-être des personnes qui en souffrent. S’ajoute alors le fait de ne pas toujours être compris des autres.
Les émotions mal gérées peuvent être source de stress et d’anxiété, ce qui entraîne parfois une somatisation. Ces maux sont à considérer avec bienveillance et non jugement mais également avec une réelle prise en compte de la difficulté vécue au quotidien.
En effet, la somatisation du stress et de l’anxiété engendre de vraies souffrances tant sur le plan physique que moral. Ces souffrances sont loin d’être imaginaires.
Rétablissons le vrai du faux quant à la somatisation.

Qu’est-ce que la somatisation ?

La somatisation liée au stress et à l’anxiété provient d’un état de tension et d’énergie du corps et du mental en réponse à des situations inconfortables difficiles à gérer d’un point de vue émotionnel. Le fait de vivre dans un état de stress ou d’anxiété prolongé peut entraîner des douleurs et des troubles à différents niveaux du corps. Ces types de troubles n’ont pas directement d’origine organique ou physique mais plutôt psychologique.

Vivre de façon prolongée dans le stress et l’anxiété conduit le corps à réagir, en se contractant par exemple, en altérant son fonctionnement habituel, ce qui crée progressivement différents symptômes.

Le stress et l’anxiété vécus pendant une période prolongée déclenchent des réactions, le corps et/ou le mental manifestent leur difficulté à vivre dans cet état de tension répété. La somatisation est alors la représentation d’une sérénité mise à mal sur le long terme.

Quels sont les symptômes de la somatisation liée au stress et à l’anxiété ?

Les symptômes se manifestent sur le plan physique et/ou psychique.

Symptômes d’ordre physique :
– douleurs musculaires
– maux de dos
– essoufflement et sensation de respiration courte
– oppression thoracique
– tachycardie ou palpitations
– troubles du sommeil
– maux de tête
– boule dans la gorge
– ventre noué
– vertiges
– nausées
– troubles digestifs
– gastrite et brûlures d’estomac
– perte de mémoire à court terme
– problèmes cutanés
– problèmes de coordination musculaire et des membres
– tendance à développer des maladies auto-immunes

Symptômes d’ordre psychique :
– ruminations
– peur
– irritabilité
– agitation
– sentiment de danger ou de menace constante

Rappelons qu’il convient toujours de consulter un médecin pour exclure toute pathologie médicale avant de parler de somatisation.

La somatisation liée au stress et à l’anxiété n’est pas toujours pathologique, elle ne le devient que lorsque sa répétition dans le temps et son intensité deviennent excessives.
Le ventre noué et le mal de tête lié au stress d’un examen, par exemple, sont ponctuels. La somatisation momentanée n’est pas problématique car isolée. En revanche, elle est à traiter lorsqu’elle se répète trop souvent et de façon démesurée.

N’oublions pas que la connexion entre le corps et le mental est forte, très souvent c’est à travers le corps que nous exprimons nos émotions.

Quelles sont les causes de la somatisation ?

Selon certaines études, il semble que tout soit en lien avec le système nerveux autonome. En dehors du cerveau, celui-ci est divisé en 2 parties : le système sympathique et le système parasympathique qui agit à travers divers organes afin de répondre aux stimuli venant de l’extérieur et de le maintenir en équilibre.

Prenons un exemple pour mieux comprendre : le système nerveux sympathique prépare les organes aux situations d’urgence exceptionnelles (augmentation de la pression artérielle et du rythme cardiaque, hausse de la glycémie, activation du corps et de l’énergie de façon générale). Le système nerveux parasympathique, lui, agit sur les mêmes organes en rétablissant le calme.
La gestion de ces 2 systèmes est assurée par le cerveau, notamment par le système limbique qui est responsable de la gestion des émotions.

Dans le paragraphe suivant, détaillons davantage différents types et localisations de somatisation en lien avec le stress et l’anxiété prolongés.

Maux de dos, douleurs au cou et maux de tête.

Le dos est une des premières victimes du stress et de l’anxiété. La somatisation débute souvent par une tension au niveau du cou et des épaules qui va se propager progressivement à l’ensemble du dos entraînant alors raideur et douleurs.

Le système nerveux orthosympathique (qui fait partie du système nerveux autonome cité plus haut dans l’article) se compose de 2 rangées de neurones situées sur la colonne vertébrale d’où se ramifient les fibres nerveuses des muscles et des glandes. Le nerf vague de ce système orthosympathique peut s’enflammer et causer ainsi des douleurs à la tête et au cou.

Les maux de tête peuvent provenir d’un besoin de rationalité et de contrôle. Des ruminations constantes et le besoin de contrôler de façon excessive soi-même et ce/ceux qui nous entoure(nt) mènent à un mode de vie marqué par la rationalisation et la cérébralité; cela crée des tensions (maux de tête, douleurs cervicales, douleurs dans les yeux et les paupières, bourdonnement d’oreilles, vertiges, inflammation des muqueuses du nez et de la bouche).

Maux de gorge.

Les maux de gorge psychosomatiques peuvent être liés à la sphère expressive, la capacité à communiquer ses pensées et gérer ses émotions.
La somatisation due au stress et à l’anxiété se manifeste par une « boule dans la gorge », des nausées, des vomissements, une sensation de gorge serrée gênant la respiration. La peur de l’étouffement, d’un rétrécissement du pharynx, peut également apparaître et entraîne alors des difficultés à avaler.

Que faire pour réduire ces symptômes et traiter la somatisation ?

Lorsque la consultation auprès d’un médecin n’indique aucune pathologie devant être prise en charge par un professionnel de santé, une solution possible est d’apprendre à mieux gérer ses émotions, à lâcher prise, à prendre du recul. Il deviendra alors plus facile de vivre les moments de stress inévitables sans engendrer de tensions chroniques.
La sophrologie offre un éventail d’exercices pour détendre le corps et le mental, calmer l’anxiété et prendre conscience de sa capacité respiratoire.

laetitia